Archives

All posts for the month décembre, 2017

IL EST TEMPS DE REDÉCOUVRIR LE PERP

Le Plan d’Epargne Retraite Populaire (PERP) peine à se faire connaitre, alors qu’il a de nombreux atouts.

A une époque où les systèmes traditionnels de retraite menacent de faiblir, chacun doit penser à se constituer un capital afin de compléter ses revenus le moment venu.

Il existe de nombreux moyens pour cela mais nous tenons à vous rappeler pourquoi le PERP est particulièrement adapté et efficace :

Le PERP est d’abord un contrat d’assurance vie de type épargne retraite. 

La souscription suit donc la même procédure qu’un contrat classique.

Puis deux phases s’ouvrent :

 1ère phase : de la souscription jusqu’au moment de la retraite : VOUS COTISEZ, à votre gré.

Vos cotisations prennent la forme de versements. Vous n’avez aucune obligation de verser et vous choisissez le montant des versements.

Ces versements sont DEDUCTIBLES de vos revenus imposables au barème de l’impôt sur le revenu de l’année où ils sont effectués

Pour une personne dont le taux marginal d’imposition à l’impôt sur le revenu est de 45 %, l’économie d’impôt est donc de 45 % des sommes versées.

Cet avantage fiscal est un des rares à ne pas entrer en compte pour le calcul du plafonnement global des niches fiscales.

> Vous pouvez trouver en dernière page de votre avis d’imposition le montant de votre plafond personnel de déduction, sous l’intitulé « Plafond pour les cotisations versées en 2017 » ainsi que, le cas échéant, celui de votre conjoint.

> A la lecture de votre avis d’imposition, vous pourrez faire les constats suivants :

– Votre plafond annuel de déduction est égal à 10 % de vos salaires  imposables de l’année précédente, retenus dans la limite de 8 PASS (plafond annuel de la sécurité sociale), soit un montant déductible maximum de 38 616 € pour 2017.

– Chaque année, vos versements sont déductibles dans la limite de votre plafond annuel, auquel s’ajoutent les plafonds des trois dernières années s’ils n’ont pas été utilisés.

Concrètement, l’année d’ouverture du PERP, vous pouvez verser et déduire de vos revenus jusqu’à 4 fois votre plafond annuel.

Ce montant peut aller jusqu’à la somme maximale de 121 000 €* pour 2017 pour une personne (soit 242 000 € pour un couple car on peut utiliser le plafond de son conjoint s’il n’a pas été utilisé), correspondant à 4 fois le plafond annuel maximum des années 2014 à 2017.

2ème phase : à partir de la retraite : VOUS RECEVEZ UN REVENU A VIE.

Durant la phase d’épargne, votre capital se sera valorisé en fonction des performances des supports d’investissements choisis.

Au moment de votre retraite, plusieurs possibilités s’offriront alors à vous et vous pourrez choisir la plus adaptée à votre situation :

– Choix de la conversion de 100 % du capital en rente viagère, éventuellement réversible en faveur d’un second bénéficiaire à votre décès.

– Choix du déblocage immédiat de 20 % des capitaux et de la transformation des 80 % restants sous forme de rente viagère.- Choix d’annuités garanties, majorées ou minorées, afin de moduler les revenus « sur mesure ».

Ces différentes options, cumulables entre elles, seront à prendre au moment de votre retraite et non au moment de la souscription de votre PERP, ce qui constitue un avantage important.

D’un point de vue fiscal, la rente perçue est imposée comme une pension de retraite sachant qu’en principe, le taux d’imposition une fois à la retraite est moins élevé qu’en période d’activité.

En cas de déblocage de 20 % des capitaux, un taux forfaitaire de 7.5 % est appliqué, ainsi que les prélèvements sociaux.

Les réformes actuellement en débat au Parlement renforcent l’intérêt du PERP, notamment des deux points de vue suivants :

– Impôt sur la Fortune Immobilière (IFI) : le PERP est hors champ d’imposition du nouvel impôt, aussi bien pendant la phase de cotisation que pendant celle de rente.

– Mise en place du prélèvement à la source : son entrée en vigueur a été confirmée au 1er janvier 2019. Dans la rédaction actuelle de la Loi, il est prévu que les revenus « ordinaires » de l’année 2018 soient gommés par un crédit d’impôt. En conséquence, les versements réalisés sur un PERP en 2018 pourraient n’avoir qu’une efficacité fiscale relative.

D’où l’importance d’alimenter son contrat PERP cette année (ou d’en souscrire un) afin de ne perdre aucune année de déductibilité.